Ça y est je me lance ! Premier billet d’humeur ! Faut bien que ce blog serve…

Premier billet sur… Paris oui comme le titre l’indique si bien.

Pourquoi ? Parce que je pense que je me devais de parler de ma nouvelle situation de Parisien. Oui, il faut que je l’admette, ça y est je suis bel et bien Parisien, au moins pour un temps.

Après le court épisode de Compiègne et surtout celui de Lyon, je dois dire que ça change un peu.

Ceux qui me connaissent sauront ce que je pensais et ce que je pense encore de Paris. Sans le boulot, je ne sais pas ce qui j’y trouverais. Peut être plus de rencontres, plus d’occasions, plus d’endroits. Mais aussi moins de chaleur, moins de temps, plus de stress. Tout cela se mélange avec ma nouvelle situation, mais je crois que j’arrive quand même à percevoir cette atmosphère lourde que l’on ne ressent qu’à Paris. Les regards des personnes que l’on croise ne mentent pas. Je vois beaucoup de fatigue et de résignation. C’est surtout cela qui me marque. Ce sentiment d’abandon que l’on ressent chez beaucoup. C’est certainement cela qui fait les grandes métropoles, cette capacité à se construire un système dans lequel on se sent vite piégé, obligé de faire des choix qui ne le sont peut être pas.

Pas facile de se sentir libre, je pense. C’est peut être ce qui pourrait me manquer le plus. Mais je n’ai pas les contraintes que certains ont et je ne m’en plains pas.

Il vaut mieux être un privilégié pour vivre à Paris…et encore…

Si ceux qui ont la chance de pouvoir se considérer comme des Parisiens privilégiés gardaient l’esprit ouvert, il ferait déjà mieux vivre. Mais beaucoup se complaisent dans leur mal être et tombent dans la facilité de la mauvaise humeur chronique. Pas facile de rester positif dans tout ça, mais il faut savoir pourquoi on vit certaines choses, pourquoi on fait des sacrifices. Certains l’ignorent et se perdent.

C’est une expérience comme une autre. Mais je garderais à l’esprit qu’ailleurs il y a d’autres façons de vivre. J’ai la chance de le savoir, de l’avoir vécu dans différents pays et je ne l’oublierai pas.

Post to Twitter Post to Facebook